Enjeux physiologiques 
 
Tout porte à croire que cela accompagne son développement.
Cela répond à son besoin de proximité et sécurité affective.
Statistiquement, les bébés portés pleurent moins, souffrent moins de "coliques", leur sommeil est de meilleure qualité... Le fait de porter offre de nombreux avantages par rapport au fait d’être allongé ou assis. Utiliser un porte-bébé ou une écharpe également très pratique pour celui qui porte, car il a les deux mains libres et peut vaquer à ses occupations tout en répondant au plus important des besoins de son bébé, le besoin de contact étroit et fréquent.
 
Les écharpes porte-bébé peuvent être optimales pour le confort du bébé et du porteur, car elles s’adaptent parfaitement à leurs deux corps, contrairement à la plupart des autres dispositifs de portage préfabriqués avec des boucles et des parties dures, qui deviennent rapidement inconfortables et ne durent jamais toute la durée de la petite enfance, alors que c’est le cas d’une écharpe.
 
L'essentiel, c'est qu'une écharpe bien ajustée permet au bébé d'adopter la position accroupie si importante pour son dos (jambes relevées cuisses contre ventre, et genoux légèrement écartés, env. 45°).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dans la plupart des dispositifs de portage, le bébé peut très rarement adopter cette position ; le plus souvent, les bébés y sont au mieux assis, au pire suspendus sur leur parties génitales, le dos n’est pas soutenu, ne peut pas s’arrondir, il est tassé et la colonne subit les chocs à chaque pas du porteur.
 
Le portage en écharpe accompagne le développement de la colonne vertébrale, prévient efficacement la dysplasie de la hanche, et accompagne idéalement le développement de la colonne et des hanches par des positions et sollicitations adaptées à leur développement physiologique.
 
 
Visitez notre page facebook
Trouver un cours de portage dans votre région
Il est important de bien soutenir la tête du bébé.

L’atlas, la première vertèbre cervicale, s'articule vers le haut avec la base du crâne et vers le bas avec la deuxième vertèbre cervicale, appelée Axis.
 
Ces deux premières vertèbres cervicales - Atlas et Axis - et l’os arrière de la tête forment une region hautement complexe de notre structure osseuse, car il n’existe pas de disques intervertébraux entre l'occiput (os de l'arrière de la tête), atlas et axis. Atlas et Axis nous permettent ensemble d'effectuer les mouvements de basculement et rotation de la tête. Cet ensemble osseux est le point de croisement entre cerveau et moelle épinière, car l’atlas et l’occiput sont liés par l’enveloppe de la moelle épinière (Dura Mater).
 
C'est dans la partie supérieure de la colonne cervicale que se trouvent environs 90% des récepteurs de nos perceptions posturales (récepteurs proprio) grâce auxquels nous éprouvons les sensations de position et de mouvement de notre corps dans l’espace. Il parait alors logique de préserver cette région du corps du bébé en développement de toutes tensions ou pressions, susceptibles d'avoir des conséquences neurologiques ou musculaires, en lien avec des situations de bébé aux besoins intenses, de reflux…
L'apparition de blocages dans cette région sensible peut même parfois provoquer un phénomène de glissement de l'Atlas, appelé en Allemand "syndrome KISS" ("Kopfgelenk-induzierte-Symmetrie-Störung" défaut de symétrie induit par l'articulation de la tête).
 
Avec tous les nouages en une poche unique, kangourous devant ou dos, et tous les hamacs sur le côté, les enfants ont la possibilité (contrairement aux nouages croisés) d’arrondir tout leur corps et de garder la tête dans l'axe de la colonne vertébrale. Les bébés posent le front sur la poitrine de leur mère, au lieu de tourner ou basculer la tête.
 
Sur cette photo, nous voyons que la tête du bébé, sans être recouverte, repose naturellement contre le porteur, tout en étant dans le prolongement de la colonne vertébrale, ce, grâce à une position optimale au niveau du bassin.
Le dos du bébé, ici droit et tassé ainsi que la position du bassin incite l'enfant à rejeter sa tête vers l'arrière, créant ainsi une rupture d'alignement entre la tête et la colonne vertébrale